Le Maas se concrétise le plus souvent en une application mobile grâce à laquelle l’utilisateur peut s’informer, réserver, acheter et valider ses titres de transport pour une grande diversité de moyens de transport.

Le Maas (Mobility-as-a-Service ou Mobilité Servicielle) désigne les systèmes numériques qui offrent à l’usager une mobilité pensée comme un service. Le Maas se concrétise le plus souvent en une application mobile grâce à laquelle l’utilisateur peut s’informer, réserver, acheter et valider ses titres de transport pour une grande diversité de moyens de transport. Par exemple, l’usager utilise une unique application mobile pour réserver, acheter et valider son billet de train et son ticket de métro, puis il se connecte à une borne de recharge électrique avec la même application.

Cette tendance qui émerge depuis plusieurs années va continuer de se développer en 2022. En effet, le Maas séduit de plus en plus d’acteurs publics dans le cadre de leurs politiques de mobilité et les acteurs privés y voient un nouveau marché à fort potentiel. Les initiatives se multiplient en France et en Europe avec 8 Maas actuellement opérationnels en France et plusieurs projets en cours en cette fin d’année selon l’observatoire des MAAS.

Le développement des services MaaS est porté avec un fort engouement par une myriade d’acteurs : les collectivités y voient une modalité pour répondre aux nombreux besoins de mobilité non satisfaits sur leur territoire et plus largement pour soutenir l’essor et la croissance de nouvelles mobilités moins émettrices sur le territoire ; les opérateurs de services de mobilité espèrent développer l’attractivité de leur offre existante ; les fournisseurs de solutions industrielles y voient une opportunité pour développer de nouvelles offres de services.

Les implications de l’émergence du MaaS

Aussi, l’émergence du MaaS pose de multiples challenges : il faut servir l’intérêt général tout en évitant de déconstruire les modèles déjà en place et d’engendrer ce faisant un surcoût pour la collectivité ; il est nécessaire de normaliser les modèles d’affaires et les échanges entre opérateurs à l’échelle européenne et internationale afin de permettre une interopérabilité des systèmes développés et de limiter les coûts au global; et enfin il faut proposer une expérience utilisateur riche et parfaitement fluide, soutenue par des intégrations de services poussées entre les opérateurs, favorisant l’adoption des nouvelles mobilités multimodales comme alternatives aux mobilités fortement émissives de CO2 .

En 2021 GIREVE a animé des travaux de concertation entre les membres de l’AFIREV et le GART (Groupement des autorités organisatrices de transports en France) groupement qui structure et coordonne depuis 2020 avec l’ensemble de ses partenaires le développement des MaaS en France  (Cerema, Mission Innovation Numérique des Territoires (MINT), UTP et les représentants des différents services de mobilités)

En tant que plateforme d’interopérabilité GIREVE étend aujourd’hui naturellement ses services d’intermédiation aux opérateurs MaaS dont l’activité nécessite une interaction avancée avec des opérateurs d’infrastructure de recharge et opérateurs de mobilité. GIREVE appelle toute AOM (Autorité organisatrices des Mobilités) désireuse de mener une réflexion sur une intégration de la recharge des VE aux services MaaS en cours déploiement sur son territoire, à se manifester de manière à monter et mener un projet pilote courant 2022 et à en exposer ses conclusions vis-à-vis du GART fin 2022.

Contactez-nous pour en discuter