,

GIREVE contribue à l’élévation du niveau de service des opérateurs connectés

comparison incoming and outgoing flows

Début octobre, GIREVE a significativement renforcé les contrôles de cohérence effectués sur les données reçues de ses partenaires opérateurs.

Un objectif : fiabiliser les échanges entre opérateurs

Ces traitements viennent s’ajouter à une gamme d’outils déjà opérationnels permettant d’améliorer la qualité des données échangées entre les opérateurs, avec toujours le même objectif : faciliter et fiabiliser leurs opérations.

Cet impératif de qualité s’applique à l’ensemble des échanges entre les opérateurs partenaires de GIREVE et constitue un progrès très important par rapport aux échanges bilatéraux directs. En effet, dans cette configuration des échanges bilatéraux, ces traitements sont, au mieux, implémentés par chacun des opérateurs vis-à-vis de chacun de leurs partenaires, et dans le pire des cas, ne sont pas faits du tout.

Les messages surnuméraires : une contrainte pour les eMSP

Dans une situation d’itinérance, un opérateur de services de mobilité (eMSP – e-Mobility Service Providers) récupère les données descriptives des infrastructures des opérateurs de recharge (CPO – Charge Point Operators), pour les mettre à disposition des conducteurs de véhicules électriques. Parmi ces données certaines ont un cycle de vie très rapide : c’est le cas de l’état de fonctionnement et d’occupation des points de charge.

A l’échelle de l’Europe les eMSP peuvent être en contact avec des centaines de CPO. Ils recevraient donc, en temps réel, des changements de statut (libre ou occupé) de milliers de points de charge sur plusieurs centaines d’interfaces différentes.

Or, des anomalies surviennent assez régulièrement. Par exemple, il peut arriver que des bornes se mettent brutalement à bégayer en envoyant, en boucle et de façon très rapide : « je suis disponible, je suis disponible, je suis disponible ». Ces messages « surnuméraires » peuvent dans certains cas atteindre plusieurs dizaines de messages par seconde pour un unique point de charge et peuvent être assimilées à des attaques par déni de service vis-à-vis des partenaires du CPO.

En l’absence de filtres, chaque eMSP qui reçoit ces rafales de messages doit alors analyser la qualité et la pertinence de chacune des informations qu’il reçoit pour ne retenir que celles qui sont utiles et éliminer les surnuméraires. Il devra dimensionner ses moyens IT pour être capable de supporter de telles pointes de charge dues à ces flux incontrôlés, et traiter les messages un par un pour ne garder que la petite partie de flux utile.

Avec les contrôles mis en place, GIREVE filtre ces messages surnuméraires

Un des rôles de la plateforme d’itinérance GIREVE est de diffuser les messages de changement d’état des points de charge à tous les eMSP qui en ont besoin. Mais GIREVE va plus loin, et opère un nettoyage méticuleux de ces flux, toujours plus fin, toujours plus efficace.

Une étape décisive a été franchie en octobre 2019 avec la mise en place d’un filtre général « anti-doublon » qui permet un réel assainissement des données.

Tout message arrivant en double est filtré et éliminé. Ainsi, l’eMSP ne reçoit que des données pertinentes et n’est plus sujet à des « attaques » de milliers de messages surnuméraires. Ce filtrage élimine environ 40% des flux en mode récurrent et jusqu’à 90% dans des périodes de crise.

Avec cette fonction de filtrage, GIREVE contribue à améliorer la fiabilité des systèmes eMSP. Grâce à ces sollicitations des systèmes au juste nécessaire, les eMSP peuvent assurer plus facilement la disponibilité de leurs services et mieux dimensionner leurs ressources informatiques. Il s’agit donc d’un gain de qualité et de coûts au bénéfice des eMSP et donc des utilisateurs.

On l’a compris, ces flux qui peuvent être considérés comme des cyber-attaques du point de vue des datacenters ont souvent pour origine des dysfonctionnements et doivent être considérés comme des incidents. La gestion de ces incidents est assurée par GIREVE qui les traite avec le concours des CPO, en évitant aux eMSP cette activité et les coûts induits. Symétriquement les CPO ne sont pas sollicités par des dizaines d’eMSP mais par un seul acteur.

Toutes les autres données échangées entre opérateurs sont sujettes à qualification.

Là aussi il s’agit pour GIREVE de diminuer l’incidentologie et d’en réduire les coûts tant du côté eMSP que du côté CPO.

Aller plus loin : qualifier tous les flux de données entre opérateurs

Après les doublons de messages, GIREVE souhaite traiter les cas de « blinking messages », c’est-à-dire les situations où la borne envoie des changements de statuts trop fréquents pour être pertinents : « je suis disponible, je suis occupé, je suis disponible, je suis occupé ». On constate régulièrement ces cas de figure avec des dizaines de messages par seconde pour un seul point de charge.

GIREVE travaille donc à un filtrage de ces « messages clignotants » : si la plateforme réceptionne des messages trop rapprochés et trop nombreux, l’état de disponibilité sera considéré comme indéterminé jusqu’à ce que le flux redevienne normal.

Mais comme l’indique Jean-Marc Rives, CTO de GIREVE, « la qualification des données ne porte pas que sur les messages surnuméraires et les modifications de statut. Toutes les autres données échangées entre opérateurs sont sujettes à qualification. » Cette qualification, GIREVE l’effectue de façon centralisée, pour le bénéfice de tous ses partenaires, et c’est bien là un atout du modèle « plateforme » par rapport aux échanges directs. Cette qualification touche au premier chef les données d’infrastructure, mais aussi les identifiants clients pour en vérifier l’unicité et les CDR pour aider les eMSP à repérer les erreurs avant facturation au client.

A grande échelle, avec des centaines d’acteurs en interaction, les risques de dysfonctionnement sont plus nombreux, et l’impact de données erronées devient sensible. C’est pourquoi la qualité des données et la gestion des incidents deviennent cruciales. En situation de connexion bilatérale, il est complexe et coûteux pour les opérateurs de mettre en place ce type de service. GIREVE délivre ces services clés en réduisant les coûts des opérateurs et en simplifiant leurs activités, au service d’une électromobilité efficace et économe.